Jala Neti : le nettoyage du nez

Pages générales
Stages-Séjours
Stages Yoga
Pranayama Yoga
Yoga Nidra
Relaxation Yoga
Méditation Yoga
Stage Yoga en Eté
Séjour à thème
Séminaires Yoga
Yoga & Vie Ashram
Cours de yoga
Cours Yoga
Cours Mensuels
Yoga Besançon
Yoga Dijon
Yoga Troyes
Yoga Avignon
Publications
Swam Editions
Livres Swam
CD Yoga Nidra
CD Méditation
Autres Supports
Autres livres
Newsletter
Articles parus
Pages diverses
Informations
Liens amis
Autres liens
Plan du site
yoga
 
Les shatkarmas
La science du yoga accorde autant d'importance à certaines pratiques de nettoyage qu'aux asanas ou au pranayama. Sans un nettoyage régulier du système, on ne peut pas profiter au maximum des bienfaits du yoga. Et sans la purification du corps, les pratiques supérieures du yoga ne sont pas possibles. Quand le corps est libre, le mental aussi fonctionne correctement. Le nettoyage du corps s'obtient grâce à la pratique des shatkarmas, les six techniques de purification. Elles sont très importantes du point de vue de la santé physique et mentale, et ces techniques simples sont très efficaces pour soigner les désordres organiques. La première technique est neti, le nettoyage nasal, comprenant jala neti et sutra neti.
Jala neti est une méthode de nettoyage du conduit nasal avec de l'eau salée, qui s'avère essentielle pour conserver une bonne santé et avoir une respiration aisée et libre, nécessaire à beaucoup de pratiques de yoga.
 
Les fonctions du nez
Le nez est l'organe du corps chargé de vérifier que l'air entrant dans les poumons est suffisamment pur et chaud pour ne pas causer de dégâts. L'air que nous inspirons est rarement adapté à l'entrée dans les poumons. Il est généralement trop froid, sale et encombré de germes et de poussières. Le nez est là pour rectifier cette situation.
Tout d'abord, l'air que nous respirons contient de la poussière et de minuscules insectes. Ces impuretés grossières sont tout de suite retenues par les poils oscillants qui servent d'écran à l'entrée des conduits nasaux. Ces poils oscillent dans la direction opposée à l'air inspiré et ils empêchent les impuretés de pénétrer plus loin.
Dans les parties plus profondes du nez, existent des structures osseuses spéciales, recouvertes d'une membrane de mucus germicide très épaisse et spongieuse, à travers laquelle circule une importante quantité de sang. Ces membranes muqueuses retiennent les millions de germes contenus dans l'air et les petites particules de poussières qui ont réussi à traverser la première défense constituée par les poils. Elle permet également de chauffer l'air et de l'humidifier pour atteindre le niveau convenant aux poumons. Plus profondément encore dans le nez existe un ensemble de glandes qui aident à éliminer les germes qui auraient franchi ces différents barrages.
Il apparait donc évident que le nez a une importance vitale et que respirer continuellement par la bouche est très néfaste pour la santé. La bouche et la gorge ont sans doute des moyens de lutter contre les impuretés et de réguler l'air, mais ceux-ci ne sont pas aussi efficaces que ceux dont dispose le nez.
Si les narines sont bouchées ou si les membranes de mucus sont abondamment recouvertes d'impuretés, le nez ne peut plus remplir ses fonctions. C'est pourquoi nous nous mouchons, pour dégager ces impuretés et permettre au nez de fonctionner correctement. Cependant, on n'enlève pas toutes les impuretés en se mouchant, le mucus sec peut rester incrusté. C'est pourquoi la pratique de neti a été développée : pour permettre un nettoyage du nez, aussi parfait que possible.
Il existe d'autres raisons justifiant la pratique de neti, comme la stimulation des différents nerfs ayant leur terminaison dans le nez. Cela amène un amélioration de l'état du cerveau et des organes auxquels ces nerfs sont connectés. Jala neti aide également à la stimulation d'ajna chakra, le centre psychique du centre du cerveau.
 
L'équipement et la posture
Le récipient : un petit pot appelé lota est utilisé pour introduire l'eau salée dans les narines. Il y en a de différentes formes et une théière peut éventuellement convenir, si on n'a rien d'autre. Nous recommandons une forme de récipient similaire à celui montré sur la photo, connu sous le nom de neti lota. Il peut être en cuivre ou en une autre matière ne contaminant pas l'eau. La chose importante à retenir est que le bout du bec verseur doit être de la taille appropriée afin de pénétrer confortablement dans la narine.
L'eau salée : l'eau utilisée dans cette pratique doit être pure et tiède : la température du corps est le critère à retenir pour la chaleur de l'eau que l'on va verser dans le nez. L'eau doit ensuite être mélangée à du sel propre dans la proportion d'une cuillère à café pour un demi litre d'eau. Soyez sûr que le sel est complètement dissous dans l'eau. Pourquoi de l'eau salée et non de l'eau ordinaire ? L'eau salée nettoie parfaitement les impuretés et elle a une pression osmotique beaucoup plus élevée que l'eau ordinaire, ce qui évite une absorption par les membranes et les vaisseaux sanguins délicats du nez.
La posture : on peut s'asseoir dans la position accroupie connue sous le nom de kagasana, soit rester debout en penchant les épaules et la tête en avant. Cette dernière position est plus aisée pour pratiquer neti au dessus d'un lavabo ou d'une cuvette, tandis que l'autre, kagasana, peut se faire dans un jardin ou sous la douche.
 
La technique
Remplissez le récipient neti avec l'eau salée préparée. Tenez le haut du récipient avec une main, comme indiqué sur la photo. Insérez doucement le bout du bec verseur à l'extrémité de la narine gauche (ou, si celle-ci est bouchée, dans la narine droite). Cela ne doit pas être fait en force, mais le bec verseur s'appuie fermement contre le côté de la narine afin d'éviter les fuites d'eau. Progressivement, inclinez la tête du côté droit et simultanément levez le récipient neti, de telle sorte que l'eau coule dans la narine droite. Assurez-vous que la bouche reste grande ouverte pour pouvoir respirer. Lorsque le récipient est dans la bonne position, votre tête correctement inclinée et le bec verseur bien ajusté dans la narine, l'eau rentre par une narine et ressort par l'autre. Si l'eau coule dans votre bouche ou dans votre gorge, c'est sans importance, mais cela ne devrait pas se produire si vous effectuez la pratique correctement et avec détente. Laissez couler l'eau dans les narines pendant dix à vingt secondes. Puis enlevez le récipient et dégagez l'eau et les impuretés de votre nez en bouchant la narine gauche et en respirant vite et énergiquement par l'autre narine. Ne soufflez pas trop fort pour ne pas abîmer votre nez et provoquer des saignements. A cet égard, le pratiquant doit faire comme il sent. Maintenant bouchez la narine droite et soufflez énergiquement à travers la narine gauche. Versez ensuite l'eau dans la narine droite pendant environ vingt secondes et recommencez le même processus.
Attention, il est ensuite impératif de sécher correctement les narines !
 
Suite de l'article : page 2.
   
 
Extrait d'article de Yoga Magazine (Munger) traduit pour publication dans Yoga Mag.
   
Il est interdit d'utiliser tout ou partie de cet article sans autorisation préalable des auteurs.
 
Pages générales
 
Activités de yoga
 
Cours de Yoga