La relaxation dans le Yoga

Pages générales
Stages-Séjours
Stages Yoga
Pranayama Yoga
Yoga Nidra
Relaxation Yoga
Méditation Yoga
Stage Yoga en Eté
Séminaires Yoga
Yoga & Vie Ashram
Cours de yoga
Cours Yoga
Cours Mensuels
Yoga Besançon
Yoga Dijon
Yoga Troyes
Yoga Avignon
Publications
Swam Editions
Livres Swam
CD Yoga Nidra
CD Méditation
Autres Supports
Autres livres
Newsletter
Articles parus
Pages diverses
Offres location
Informations
Liens amis
Autres liens
Plan du site
yoga
 

La relaxation est l'une des bases fondamentales du yoga. La relaxation est préconisée dans tous les exercices et fait aussi l'objet de techniques particulières, en position allongée. Associée à la prise de conscience de soi, la relaxation garantit les progrès et l'harmonie dans la personnalité.

Le yoga est véritablement la science de la relaxation
La théorie, les principes et les techniques du yoga visent à installer à tous les niveaux de la personnalité un état conscient et relâché, propice à l’épanouissement de notre potentiel intérieur. Peut-on se libérer complètement des tensions ? Paramahamsa Satyananda affirme que « les tensions sont les épices de la vie. » Elles existent en nous, dans le contexte familial, professionnel et social, entre les peuples, les religions et les nations.
Nous cherchons la paix et l’harmonie, mais ces qualités ne sont mises à l’œuvre ni en nous-mêmes ni dans le monde. Notre existence ressemble plutôt à un « champ de bataille ». C’est d’ailleurs à cette image que se réfèrent certains écrits de la philosophie hindoue, la Bhagavad Gita notamment.
Bien que nous ne puissions pas échapper aux conflits de la vie, il nous est en revanche possible de changer notre façon de les aborder. Cette transformation, ce lâcher prise constitue le but du yoga.
 
Les tensions sont de nature physique, mentale et émotionnelle
Le corps est l’espace privilégié où nos crispations se fixent de façon évidente. Souvent, leur origine n’est pas seulement physique mais le reflet d’un blocage énergétique, mental ou émotionnel. Les tensions mentales sont omniprésentes dans nos sociétés : le progrès technologique et le rythme de vie génèrent beaucoup de contraintes, exigent une grande mobilité et des apprentissages quasi permanents. Sur le plan émotionnel, nous rencontrons également des écueils importants. Nous avons du mal à accepter et à exprimer nos sentiments, et nous les refoulons la plupart du temps pour garder un certain confort et une image acceptable de nous-mêmes. Nous sommes d’autre part très « incultes » dans ce domaine car nous ne savons pas extérioriser nos ressources profondes d’amour et de compassion.
 
La relaxation est un mécanisme inconscient
La volonté est impuissante à créer un véritable relâchement. Si nous essayons de nous détendre par un effort volontaire, nous créons une tension supplémentaire. Même quand une amélioration se profile, elle reste transitoire. Les mêmes tensions resurgissent à la moindre occasion ou bien elles se montrent sous un autre jour, une maladie ou un nouveau comportement. Il est donc souvent préférable de ne pas mettre en jeu une intention délibérée.
Le yoga s’avère un outil extrêmement précieux, parce qu’il utilise des moyens détournés, comme le corps, le souffle ou le son, pour produire une réelle détente et éviter des confrontations trop directes avec les causes sous-jacentes.
 
La relaxation n’est pas un processus passif
Que nous soyons immobiles ou en mouvement, le yoga préconise de suivre un processus précis, afin d’induire une détente active en maintenant le fil conducteur de l’exercice. Au départ, nous sommes guidés par un professeur et dans ce cas, nous suivons ses instructions.
Mais lorsque l’on connaît bien la pratique, il est recommandé d’apprendre à la conduire soi-même. Dans cette perspective, il est préférable de garder la même méthode, pour que le mental se fasse ses propres repères et retrouve son chemin. Il n’est pas toujours facile d’être à la fois celui qui donne une instruction et celui qui l’exécute. Cependant, quand cette faculté s’affirme, nous gagnons en maîtrise, ce qui conduit à un relâchement intérieur.
 
La relaxation allongée et le yoga nidra
Afin de contourner l’intervention intempestive de la volonté, le yoga préconise d’éviter des injonctions telles que « Détendez-vous ». Il utilise deux principes, la prise de conscience du corps et le déplacement de l’attention. C’est en aiguisant notre perception des différentes parties physiques et en déplaçant notre attention d’un endroit à l’autre que nous pouvons produire un relâchement profond. Cette rotation de la conscience crée une vague de détente dans le complexe moteur du cerveau. Citons par exemple la pratique allongée basée sur les treize points d’appui du corps sur le sol (talons, mollets, fessiers, dos des mains, coudes, omoplates et crâne) : nous passons en revue ces zones privilégiées avec une sensation de lourdeur qui se précise sur chaque expiration. Puis nous percevons l’ensemble de ces points en accentuant l’impression générale de pesanteur.
Ce même principe de rotation initialise les différentes étapes du yoga nidra, pour nous permettre d’atteindre des niveaux plus reculés de notre être. Le yoga nidra est la technique de relaxation par excellence, le fleuron du Yoga Satyananda. Elle installe en plusieurs étapes une détente progressive et complète : de nature physique, rotation de conscience dans le corps ; énergétique ou pranique, rotation du souffle ; émotionnel, rotation dans des sensations et émotions opposées ; mental, rotation d’images rapides et voyage symbolique. Cette pratique mérite un article à part, compte tenu de sa réputation, de ses multiples bienfaits et de ses utilisations variées.
 
 
La respiration, autre médium de la relaxation yoguique
Le souffle traduit fidèlement tout ce qui se passe en nous et grâce à lui, nous pouvons agir sur nos états psychologiques, mieux contrôler nos émotions et parvenir à une expression harmonieuse de nous-mêmes.
Le simple fait de prendre conscience de la respiration change les données de nos problèmes. En effet, nous mettons alors sous le contrôle de notre cerveau supérieur un mécanisme qui est géré en temps normal par le cerveau primaire instinctif, appelé aussi reptilien. La respiration est le seul mécanisme du corps qui possède cette « double casquette », un fonctionnement inconscient et une possibilité de contrôle par le cortex. Grâce à elle, nous nous frayons un passage conscient dans la masse informelle des réflexes et des conditionnements.
Sans essayer de ralentir, sans rien changer au rythme, on est simplement attentif au souffle naturel. Progressivement, on entre en amitié avec sa propre respiration. Alliée de tous les instants, elle devient la clé d’une connaissance intime de soi et permet de ménager une distance suffisante par rapport aux événements de la vie. A travers le souffle, on accède également à une dimension majeure du yoga, le prana, l’essence de la vie, le courant d’énergie qui imprègne toute la création.
 
Le son, porte vers une relaxation de la psyché
Les vibrations sonores agissent sur la sphère la plus intérieure, le corps psychique. Le yoga a toujours intégré et préservé la tradition des mantras, les vibrations de puissance découvertes par les Rishis, les sages et les êtres éclairés de l’Inde ancienne. Le son « Om » est considéré comme primordial et universel, il représente la transcendance. En le chantant ou en le prononçant mentalement, on se relie à la source de son être. Ce lien procure du réconfort et éclaire le sens de la vie, ce qui induit un courant indirect de relaxation mentale. Par ailleurs, le son a un impact immédiat sur le cerveau lui-même, puisqu’il harmonise les ondes provenant des différentes régions cérébrales.
D’autres supports sonores sont également employés. Ainsi, la respiration en ujjayi est très souvent utilisée en yoga thérapie. Le bruissement produit dans la gorge, en resserrant légèrement la glotte, ressemble au ronflement d’un bébé, pratiquement inaudible à l’extérieur. En focalisant l’attention sur ce bruit du souffle, on acquiert une très grande relaxation à tous les niveaux de la personnalité. Un autre pranayama, bhramari, réputée pour apaiser l’angoisse, installe une résonance dans le crâne, semblable au bourdonnement d’une abeille. Enfin, notons que la respiration possède son propre mantra, « so-ham ». Si nos perceptions sont suffisamment subtiles, nous pouvons le découvrir en méditation ajapa japa, à travers chaque flux du souffle dans un passage psychique.
 
L’équilibre, le maître mot du yoga et le garant de la détente
C’est en sauvegardant l’harmonie intérieure que nous pouvons parvenir à un état durable de relaxation. En règle générale, nous venons au yoga lorsque nous avons perdu pied d’une façon ou d’une autre, et nous recherchons dans la pratique un moyen de retrouver la stabilité. Les techniques vont bien sûr nous y aider. Pour autant, prévenir le déséquilibre serait préférable ! Là réside le secret du yoga, promouvoir dans sa vie quotidienne un équilibre entre des modes d’expression apparemment antinomiques : être à la fois actif et détendu ; passif et vigilant ; extraverti et conscient de soi, créatif et logique, imaginatif et réaliste, etc.
Par ailleurs, l’être humain fonctionne essentiellement à trois niveaux, les instincts, les émotions et le cortex, siège du raisonnement, de l’anticipation et de l’intuition. Maintenir un état de paix suppose d’installer et de préserver une juste cohabitation entre ces facettes de la personnalité qui sont souvent en conflit.
 
Article de Swami Brahmatattwa et de Swami Devanath écrit pour la revue Santé Yoga.
   
Il est interdit d'utiliser tout ou partie de cet article sans autorisation préalable des auteurs.
Les pages sur nos activités: stages et formation au Yoga Satyananda.
 
Pages générales
 
Activités de yoga
 
Cours de Yoga